Pointe-à-Pitre, le 25 février 2009

Les négociations ont débuté à 16h30. Les médiateurs nous ont remis un document qui précise que la piste de la CRDS n'est pas envisagée.

Par contre, par mesure dérogatoire en transformant le RSA Revenu social d'activité en RSTA Revenu supplémentaire temporaire d'activité. Le montant annuel alloué au titre du RSA est de 66 millions d'euros. L'Etat propose, dans un premier temps, 80 € sous forme de bonus versé pour une durée de trois ans, pour les salariés payés du SMIC à 1,4 SMIC. Les collectivités s'engagent à verser 50 € et les patrons 50 € soit un total de 180€.

Après discussion, l'Etat a rajouté les 20€ manquant pour atteindre les 200€.

Les 200 € nets sont acquis, maiscertains points restent à régler :

Nous réclamons le versement de ce bonus pour les salariés payés jusqu'à 1,6 SMIC mais l'Etat reste fixé à 1,4 SMIC

Nous exigeons que la base du calcul se fasse sur le salaire de base mensuel alors que le MEDEF veut que le calcul s'opère sur la base du salaire moyen brut annuel, primes comprises.

Nous exigeons que l'accord interprofessionnel sur les salaires précise qu'à l'issue des 3 ans le bonus sera converti en salaire et payé intégralement par l'employeur.

 La séance a été suspendue à 3h30. La reprise est prévue le 26/02/2009 à 14h30  (Voir annexes : Médiations en Guadeloupe-nouvelles propositiojns des médiateurs- 25 février 2009; Proposition dans le cadre des dispositions définies par le gouvernement concernant les exonérations de charges patronales et salariales pour le bonus de vie chère;Proposition UCEG-UMPEG-UPA-Collectif des entrepreneurs-CGPME-FTPE)